Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 00:13

JEWISH CONNECTION

Kevin Asch

 

3 étoiles

 

EN BREF:

Malgré un scénario bancal, Jewish Connection est un excellent moment, qui tient surtout sur un nom: Jesse Eisenberg, décidément un acteur passionnant.

 

jesse-eisenberg.jpg

 

Je pensais aller voir une comédie en allant découvrir Jewish Connection, et du coup j'ai bien ri, souvent même où il n'y avait surement pas lieu. Parce qu'il s'agit bien ici d'un thriller, même si on n'est pas accroché à son siège et que le suspense n'est pas insoutenable. Un thriller cependant doublé d'une indéniable ironie à de nombreux moments. Kevin Asch, pour son premier long-métrage, choisit un sujet assez complexe: le judaïsme, ses implications dans la vie quotidienne et une affaire de trafic d'ecstasy vers la fin des années 90, à New York. Le film joue sur des stéréotypes, en use (parfois maladroitement, en donnant un peu une image caricaturale du « Juif idéal »), en arrivant toutefois à détacher de l'ensemble une réflexion assez originale sur l'identité. Pour un premier film, le pari était loin d'être gagné, pourtant, depuis que le nom de l'acteur principal est sur toutes les lèvres, le film pouvait enfin attirer. Effectivement, Jesse Eisenberg constitue la pièce maîtresse du puzzle, et sans lui, tel un château de carte amputé d'une des cartes du dessous, le film tomberait totalement. Il tomberait dans l'oubli (les plus grands fans de Jesse Eisenberg ne devraient pas l'oublier). Malgré des défauts plutôt nombreux (qui constituent une partie du charme du film), l'oeuvre est au final assez attachante et très singulière. On ne peut pas dire qu'on se soit ennuyé, ni qu'on ait vraiment adoré, on ne peut pas dire que l'écriture est fine, on ne peut pas dire que le film soit inintéressant. Ce qu'il propose sur l'évolution de l'identité d'un jeune homme élevé dans un milieu très religieux, où le quotidien est soumis à des rites contraignants (question de point de vue), est même plutôt intéressant, puisqu'on se plait à imaginer les trajectoires possibles du personnage, à essayer d'identifier son parcours psychologique sur la question de la foi, du désir, du rapport au corps... Ce qu'il propose techniquement est également assez intéressant, audacieux, puisque le réalisateur voulait faire penser à des films datant des années 90, y parvient, et du coup on s'amuse à dénicher des détails, et on prend beaucoup de plaisir à regarder le film.

 

"Jewish Connection", même inégal, recèle ainsi de beaux moments qui conjurent le pittoresque et rendent justice à l'intérêt manifeste du réalisateur pour son personnage.

Cahiers du cinéma


Le casting n'est pas mal du tout non plus, Justin Bartha sort un peu du lot, mais on ne retiendra personne longtemps, à part l'acteur principal. Jesse Eisenberg, donc, l'aspect le plus intéressant du film. C'est simple: on n'a d'yeux que pour lui. Plus on le voit, plus il développe un jeu qui n'appartient qu'à lui (même si on imagine que Jewish Connection a du se tourner avant The social network), mélange savant de fermeté et de douceur, de modernité et de ce quelque chose d'indémodable, de classieux, d'inexplicable. On a du mal à cerner le personnage, c'est ce qui le rend si attirant, ses doutes semblent aller et venir, pour revenir plusieurs fois au même point de départ, mais on s'en fout, Jesse Eisenberg est là pour les faire évoluer. Il est beau, et en même temps il nous repousse. Il paraît clair et lucide, au plan d'après, la mimique a à peine bougé qu'il paraît en doute et mal à l'aise. Le cinéma américain a déniché une pépite rare en cet acteur là, sur lequel je pourrais (et je suis sur de n'être pas le seul) disserter pendant des heures, y réfléchir et retourner le problème dans tous les sens. Bref, personne mieux que lui pouvait nous faire passer à la fois la jubilation de ce personnage dans l'inconnu et la rancoeur qui le grignote à l'idée de trahir sa famille. Son débit de voix si familier, cette gestuelle qui paraît si naturelle, mélange de nonchalance et de vivacité, collent à la perfection au personnage. En fait, Jewish Connection est un film très agréable à regarder, qui manque certainement de tension, de chair et de matière, mais qui a un charme très singulier, qui en fait un objet passionnant, à défaut d'être très beau ou très bon.

 

jewish-connection.jpg

 

65% de réussite.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de levolution.over-blog.com
  • Le blog de levolution.over-blog.com
  • : Critiques des films récents, bilans mensuels... Coup de coeur, coup de blues, l'évolution du cinéma, et la mienne, aussi.
  • Contact

J'écoute...

Recherche

LES 10 DERNIERS COUPS DE COEUR

Les amants passagers

Les amants passagers

Queen of Montreuil

Queen of Montreuil

The sessions 2

The Sessions

Syngué sabour

Syngué Sabour

Les chevaux de Dieu

Les chevaux de Dieu

Wadjda

Wadjda

Archives

Catégories