Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 03:18

ET MAINTENANT, ON VA OU?

Nadine Labaki

 

Quatre étoiles

 

EN BREF:

Une véritable pépite, dans tout ce qu'elle contient de drôlerie, de justesse, d'ironie, de mordant, de bouleversant, de philosophique, de foutraque, d'harmonieux, d'entraînant...

 

 et maintenant

 

Un chemin. Sur ce chemin, des femmes, vêtues de noir, portant à leur poitrine une photo. Et puis la fantaisie qui démarre. Ensemble, ces femmes esquissent quelques pas de danse, ou plutôt ondulent au gré des rythmiques inspirées par la mélodie qui retentit. Ces femmes, après quelques superbes minutes qui enivrent déjà d'un parfum de fraicheur et de mélodieux dans le cinéma, arrivent au cimetière, pour se recueillir, chacune à leur manière, sur la tombe de leurs aimés. Chacun sa croix: les musulmanes sur les sépultures de droite, les chrétiennes sur celles de gauche, dans un respect mutuel et total, ces hommes là étant tombés pour la seule et même guerre. De retour au village, rattaché au reste du monde par un seul pont où, en guise d'accueil, un panneau "danger de mort" vous avertit, ces femmes vaquent à leurs occupations, s'entraident et font vivre la communauté. Les nouvelles de la guerre du Liban, grâce aux femmes, n'arrivent pas aux oreilles masculines du village. Celles-ci, dans leur plus grande bonté, et suite à leur plus grand désarroi, veulent éviter à tout prix d'envenimer les relations entre chrétiens et musulmans du village, pour éviter de perdre à nouveau leurs enfants, leur mari. Mais par bribes, la menace s'installe, et déjà les relations se déteriorent entre les hommes. Les femmes, soudées, mènent leur guerre à ces querelles, à coup de solutions totalement jubilatoires.

 

Une fable universelle, généreuse, portée par des personnages attachants. [...] Une petite merveille.

Metro


Et maintenant, on va où? m'a beaucoup fait penser à un film d'Emir Kusturica. Dans son côté foutraque, dans ces multiples détails qui sèment la zizanie non seulement dans l'histoire mais aussi dans le cadre. Ces poules et ces moutons, ces vieilles machines qui font un bruit monstre dans un bar ou se cotoient les clients et le gars qui refait un mur, ces plans d'ensemble du village ou l'on voit, hilares, d'un côté l'église catholique, de l'autre une mosquée, la bricole dans le village, ces personnages de mamas totalement délurées lorsqu'elles sont entre femmes. Cette impression de bordel organisé qui fait tout le charme du cinéma de Kusturica, un de mes réalisateurs cultes. De ce bazar découle une incroyable impression de vivacité, qu'on ressent réellement. Nadine Labaki y ajoute une forte dose d'ironie, un mordant qui rend son film d'autant plus intense au niveau des émotions qu'il procure. Les éclats de rire sont nombreux, quasiment des fous rires par moments, les sanglots aussi. Par la vie qui émane de son oeuvre, la cinéaste permet au spectateur de s'extirper réellement de l'extérieur, et ça fait un bien fou, au moins pour quelque temps.

 

Sur un sujet dont le registre appelle la gravité, la réalisatrice libanaise réussit à nous embarquer dans une parabole légère et drôle, sur un fond de tragédie dont les enfants sont les victimes collatérales.

La Croix


L'oeuvre a de nombreuses qualités. L'image est sublime pour qui apprécie la chaleur, à la fois atmosphérique et humaine. La bande originale est un régal absolu pour qui apprécie les voix amples et généreuses, et pour qui saura écouter les multiples émotions apportées par les violons ou l'accordéon, qui se succèdent par morceaux avec fluidité. Et bien sur, les comédiennes et comédiens rendent le film plus qu'attachant. On aimerait avoir la verve de ces femmes (beau travail sur les dialogues), leurs idées aussi (on connait maintenant la solution pour régler les conflits, et on a une curieuse envie de la tester dans un cadre familial). S'il s'arrêtait à cela, le film serait un très bon divertissement, alliant avec charme le rire et les larmes. Mais avec une fin des plus surprenantes, alliant avec force la simplicité et la philosophie, Nadine Labaki fait de son film beaucoup plus. Les yeux, les oreilles et le coeur grands ouverts aux frasques et au combat de ces femmes, on jubile, on se libère, on rêve. De l'espoir et de la réflexion, il y en a décidément dans ce petit bijou de film. Et maintenant, on va où? Nadine Labaki devrait se poser plus souvent la question.

 

et-maintenant-2.jpg

 

81% de réussite.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de levolution.over-blog.com
  • Le blog de levolution.over-blog.com
  • : Critiques des films récents, bilans mensuels... Coup de coeur, coup de blues, l'évolution du cinéma, et la mienne, aussi.
  • Contact

J'écoute...

Recherche

LES 10 DERNIERS COUPS DE COEUR

Les amants passagers

Les amants passagers

Queen of Montreuil

Queen of Montreuil

The sessions 2

The Sessions

Syngué sabour

Syngué Sabour

Les chevaux de Dieu

Les chevaux de Dieu

Wadjda

Wadjda

Archives

Catégories