Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 12:00

LES ADOPTES

Mélanie Laurent

 

3 étoiles

 

EN BREF:

Il est de ces surprises que l'on attend pas. Mélanie Laurent réalisatrice, c'est du charme, un flot d'émotions, des tentatives, parfois un peu vaines, parfois miraculeuses... Et au final, c'est un joli coup de coeur.

 

 adoptes3.jpg

 

Les adoptés. Ni le titre, ni la bande-annonce, ni le nom de la réalisatrice ne donnaient envie. On était curieux, mais sans plus. Mélanie Laurent, en 2011, c'est beaucoup trop de présence, beaucoup de fausses notes (deux films totalement râtés, Requiem pour une tueuse et Et soudain, tout le monde me manque; un album assez peu crédible), deux surprises (la cérémonie d'Ouverture du Festival de Cannes, décomplexée, enjouée; l'apparition dans Beginners, ou elle renouait avec un charme qu'on avait plus vu depuis 2009), et une étape: la réalisation, dont on nous dit qu'elle est mûrie de longue date, inspirée par sa grand-mère, qui mettait en scène le moindre évènement. On peut effectivement comprendre que cette envie ait été longue à se concrétiser, parce qu'au final, on se retrouve avec un objet très travaillé, qu'on sent retouché, presque trop. Mélanie Laurent, donc, revient à cette émotion qu'elle nous avait provoqué la première fois qu'on l'avait vu, pour la plupart, dans Je vais bien ne t'en fais pas. Au final, l'actrice n'aura vraiment marqué que dans très peu de rôles, et était devenue assez insupportable dans les médias. Et là, à l'avant-première, une jeune femme pas trop fière, très simple, complètement stressée, à l'image de son film, très touchante. Loin de son image, et tout simplement là pour nous montrer son petit, avec une peur du jugement très enfantine.

 

"Les Adoptés" est parcouru de secousses intimes d'une magnitude telle que l'on en ressent les ondes bien après la projection.

Premiere


Du coup, on appréhende le film quasiment avec bienveillance. Mais on a pas pitié une seule seconde: Mélanie Laurent n'est pas entrée par effraction en réalisation, elle anime son film d'un véritable charme, et d'une patte, pas encore très affinée, mais on est sur que cela viendra. Et au gré du film, on ira de surprise en surprise. On reconnaitra un sacré talent pour le casting, Marie Denarnaud est fabuleuse (meilleur espoir féminin?), Denis Ménochet surprenant (lui habituellement si bourru, quasiment rustre), Audrey Lamy drôle (comme toujours), mais surtout très émouvante (dans une seule scène, qui retourne un peu), Théodore Machet-Fouquet, le gosse, incroyable de naturel, une vraie bouille, une espiéglerie. Même Clémentine Célarié, d'habitude si énervante, est ici bonne actrice, sobre et crédible. C'est dire... On saluera des tentatives techniques, pas toujours parfaites, parfois trop surlignées (on ne pourra pas parler d'une "mise en scène dénuée d'effets"), mais souvent originales, inattendues, mettant en valeur des détails, des jeux de mouvements, des sons. Et surtout, on s'étonnera d'une écriture parfois quasiment lyrique, vraiment très chantante, et souvent poétique (l'écriture de la dernière scène est une petite merveille; la voix off est d'une grande douceur).

 

À l'arrivée, ["Les Adoptés"], brassé par de multiples émotions, nous émeut et nous emballe. On est carrément sous le charme.

Le Journal du Dimanche


Mélanie Laurent se serait inspirée de tous les réalisateurs qu'elle a cotoyé. Sur le plateau, elle faisait danser ses comédiens avant les prises (on sent bien une dynamique de groupe, une sympathie sincère entre les acteurs), à la manière d'un Tarantino. A l'écran, on voit ce côté Mike Mills (Beginners), dans ces essais de techniques, ce côté poétique et un peu branchouille. On reconnait les envolées d'émotion, comme un Mihaileanu inspiré sait le faire, on sent la présence d'un Klapisch dans l'humour ravageur de certaines séquences, et on voit l'influence d'un Philippe Lioret, dans ces nombreux moments ou Mélanie Laurent apparait à l'écran, et nous réoffre cette émotion, qu'on a gravée, cette spontanéité qu'on lui avait découvert dans Je vais bien ne t'en fais pas. D'un autre côté, on a aussi une infime partie, qu'il faudra bien concéder aux réfractaires, du pathos à la Rose Bosch... De cette histoire tragique, ayant certes une part de déjà-vu, Mélanie Laurent fait un conte entre l'enfance et l'âge adulte, une très jolie chronique sur l'engagement, la responsabilité, le souvenir, les attentes. Il est de ces coup de coeur que l'on ne peut expliquer en entier, parce qu'on en reconnait les défauts, Les adoptés en fait partie. C'est un beau moment de cinéma, qui à la grâce et la perfectibilité des premières oeuvres. C'est un intense moment d'émotion, qui a le tact de laisser l'espoir et la vie l'emporter sur une difficulté. Et ça retourne.

 

adoptes2.jpg

 

71% de réussite.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ffred 30/11/2011 00:49

Une très belle surprise pour ma part. Je m'attendais tellement à pire. J'ai aussi aimé son CD ! Suis-je accroc à Mélanie Laurent ? ;-)

Gagor 01/12/2011 23:13



A vue de nez, oui! Il y a dans son CD un parti pris musical intéressant, et quelques titres qui, séparés, vaudraient le détour, mais l'ensemble des morceaux crée pour moi un gros bloc sans
finesse ni forme globale. Et je ne trouve pas sa voix très intéressante, un peu molle pour convaincre au-délà d'un morceau.


En tout cas, une très belle surprise que ces Adoptés pour moi aussi...



fredastair 24/11/2011 09:54

"On appréhende le film quasiment avec bienveillance" : peut-être un peu trop ? :D Cela dit, on ne peut pas t'accuser d'y être allé les yeux fermés, sans a priori. Il y a une once de charme,
quelques idées, mais je trouve l'ensemble très fabriqué et totalement lisse. C'est joli, certes, à la manière d'un vidéo-clip, et sensible comme une série télé française. Suis peut-être méchant,
mais ce n'est pas pour le plaisir de taper sur M. Laurent : son film est quand même très faiblard à mon sens. Mais c'est pas grave...

Gagor 24/11/2011 10:33



Oui, carrément trop de bienveillance! Ton commentaire me fait rire, parce que je ne suis pas loin de penser la même chose de moi-même, c'est effectivement très fabriqué, et ça ne fera pas de
vague. Mais il y a des émotions, des plaisirs de spectateurs que je ne m'explique pas, je suis excessif, c'est comme ça! T'es pas forcément méchant, mais c'est juste que ce film a un bon fond,
mon apriori a été totalement renversé à la vision du film. Et, comme tu le dis, ce n'est pas très grave!



georges 23/11/2011 13:59

Très belle critique (comme d'hab!) qui confirme aussi mon pensé du film, effectivement un petit premier film qui touche au coeur, dont les petits défauts et louables maladresses ne masquent pas les
énormes qualités d'écriture et de mise en scène, avec une belle sincérité, un film à la fois léger et grave, bouleversant, drôle aussi mais surtout élégant et solaire! avec de beaux acteurs! un
film qui fait du bien, qui secoue mais avec une belle sensibilité, sans forcer, une histoire qui vibre de vie et d'amour!

Gagor 24/11/2011 10:31



Merci Georges! J'espère que tu republieras très vite!



Présentation

  • : Le blog de levolution.over-blog.com
  • Le blog de levolution.over-blog.com
  • : Critiques des films récents, bilans mensuels... Coup de coeur, coup de blues, l'évolution du cinéma, et la mienne, aussi.
  • Contact

J'écoute...

Recherche

LES 10 DERNIERS COUPS DE COEUR

Les amants passagers

Les amants passagers

Queen of Montreuil

Queen of Montreuil

The sessions 2

The Sessions

Syngué sabour

Syngué Sabour

Les chevaux de Dieu

Les chevaux de Dieu

Wadjda

Wadjda

Archives

Catégories