Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 00:49

UN BAISER PAPILLON

Karine Silla

 

1 étoile bis

 

EN BREF:

Tire-larmes, mal joué, misérabiliste, film-catalogue, déjà-vu... Le premier film de Karine Silla, fait en famille, est une caricature de film français, avec tous ses travers et quelques discrètes qualités.

 

un-baiser-papillon.jpg

 

Cils contre cils, un baiser papillon. Ce titre en appelait à la douceur, à la poésie, à la famille aussi puisqu'on a pour beaucoup le souvenir d'un papa qui venait nous faire la série de bisous du soir, passant du bisou hérisson (avec la barbe naissante), au bisou esquimau (avec le nez), et terminant par le plus doux, le bisou papillon. On attendait donc de ce film une certaine légèreté et une part de rêve. Karine Silla, pour son premier film, s'attelle à suivre, dans leurs questionnements et dans les bouleversements liés à leur vie, trois femmes (7, si on compte les quatre personnages féminins périphériques). Toutes ont un secret, qu'elles ont du mal à dévoiler à leurs proches, et à l'être aimé. Billie est atteinte d'un cancer, Marie ne peut pas avoir d'enfant (mais pour Marie, un miracle est possible! Humour..), Alice, l'infirmière, n'arrive pas à faire dormir son fils. On devine que le scénario ne fera pas dans la nuance, mais on y va quand même, poussé par un joli titre, un casting étonnant (Cécile de France, Nicolas Giraud, Jalil Lespert, Edith Scob, Veronika Novak...), la promesse d'un premier film de qualité. Et puis, on regarde, atterré, ce produit fade, téléphoné et stéréotypé, produit avec le concours de la Fondation pour la Dignité et les Droits de la Femme (!). On est donc censés se trouver devant une oeuvre féministe. Effectivement, on a un catalogue de situations de femmes bien réalistes (maladie, problèmes d'enfants), problèmes qu'on comprend et auxquelles on est forcément sensibles. Mais alors, si vous devenez féministe après ce film, dites-le moi, ça m'intéresse, parce qu'il y a dans ce film une telle résignation, des femmes qui ne sont que peu attachantes, et qui n'ont pas l'air de vouloir s'en sortir. Le problème étant qu'on voit plus les actrices que les femmes, elles jouent toutes avec cette fausse sincérité: elles savent qu'elles servent une cause noble et juste, on ne doit donc rien avoir à dire sur leur jeu, qui pourtant est d'une médiocrité sans nom. Il n'y a qu'avec le personnage de Cécile de France qu'on sort un peu du manichéisme permanent, elle qui arrive avec son énergie et son caractère spontané, elle qui parvient à faire rire de temps en temps et qui fait résonner le mot espoir dans les actions de son personnage. Le spectateur, quant à lui, déprime totalement face à des interprétations loupées, face à un catalogue de situations desquelles il ne ressort pas grand chose, face à un film familial qui manque de recul (désolé, mais les filles de Karine Silla ne sont vraiment pas bonnes actrices!). On assiste à la caricature d'un film choral bien franchouillard, qui manque de souffle, d'allure, d'originalité, de légèreté. Un baiser papillon ne pouvait faire que flop: un sujet lourd, une bande-annonce déjà tire-larmes... Et effectivement, on ressort déprimé, et énervé... Un baiser éléphant, oui!

 

un-baiser-papillon-2.jpg

 

38% de réussite.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de levolution.over-blog.com
  • Le blog de levolution.over-blog.com
  • : Critiques des films récents, bilans mensuels... Coup de coeur, coup de blues, l'évolution du cinéma, et la mienne, aussi.
  • Contact

J'écoute...

Recherche

LES 10 DERNIERS COUPS DE COEUR

Les amants passagers

Les amants passagers

Queen of Montreuil

Queen of Montreuil

The sessions 2

The Sessions

Syngué sabour

Syngué Sabour

Les chevaux de Dieu

Les chevaux de Dieu

Wadjda

Wadjda

Archives

Catégories