Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 01:18

SLEEPING BEAUTY

Julia Leigh

 

1 étoile bis

 

EN BREF:

Un pensum lourd, long et glacial (autant que l'actrice). Le film de Julia Leigh m'a énervé, par sa prétention, son anachronisme, sa provocation gratuite.

 

sleeping-beauty.jpg

 

Il en faut pour tous les goûts, certes. Sleeping beauty est un film comme un autre, une tentative de conte autour de la sexualité, de la virilité, de la prostitution... Bref, il a tout pour intriguer, attiser la curiosité. Une fille, au visage cristallin, au regard effacé, a l'attitude désabusée, que l'on suit tout au long du film. Cette fille n'a pas d'émotion (ce qui est également notre cas), ou en tout cas ne les montre jamais, elle est d'une rigueur constante avec ce qu'elle doit paraitre. Prête à jouer son corps à pile ou face, elle s'entraine dans des combines de débrouille, pour subsister, avoir de l'argent et se payer son indépendance, face à des colocs qui clairement l'emmerdent. Elle se frotte à une maquerelle très élégante, pincée comme il se doit, mais sous son regard de velours se cachent des ardeurs mal placées, figurée ici par une curieuse manipulation: la fille, bourrée de somnifères très puissants, dans une chambre confinée d'une maison au cadre bucolique, où des hommes avouent leurs problèmes d'érection et de désir, face à une madone qui se maitrise, souvent impassible. Ce corps blanc et impeccable, juvénile, allongé dénudé sur le lit, ces hommes en font ce qu'ils veulent, du moment qu'il n'y a pas pénétration (il y a des règles, attention, de la prostitution de luxe, mais pas à n'importe quel prix...). Et tous les matins, mademoiselle se réveille d'une longue nuit de sommeil, sans savoir précisément ce que l'on a pu faire d'elle...

 

"Sleeping Beauty" est refroidissant : symétrie des plans, acteurs impassibles, sexualité purement posturale, récit robotique

Libération


Et alors? Voilà la question qui taraude durant tout le film. Quel intérêt? Pourquoi montrer ces images justes provocantes, très barbantes, pour montrer quoi? Le corps devenu matériau, outil? J'espère sincèrement que l'humain aspire aujourd'hui à d'autres choses. En montrant un microcosme, Julia Leigh fait passer l'image d'un monde dépravé, complètement déshumanisé. Sleeping beauty est un film embarrassant. Parce qu'on sait que la critique qu'on en fait est facile, que le cinéma est là aussi pour questionner de manière froide et distanciée les évolutions humaines. Mais alors, et c'est vraiment sincère: pas un trouble, juste un dégoût, pas une émotion, si ce n'est de l'énervement, pas une lueur, et une grosse dépression pour la journée qui suit. On a presque envie, en sortant, de déclarer ce film "d'inutilité publique". On pense forcément à L'apollonide, qui montrait avec beaucoup d'humilité, de précision, de beauté, de sensualité, des passions, des corps et des âmes, et on est ici face au contraire. Une prétention technique constante (une image surléché, très chic mais hyper esthétisante), peu d'implications dans les vies de ces personnages (qu'est-ce que ça leur apporte, et qu'est-ce qu'on y apprend?), ce n'est jamais sensuel (et ça, à la limite, encore heureux), mais jamais sensitif non plus (on est face à une technique tellement sophistiquée que rien ne passe à travers l'image, et effectivement sur ce point, l'interdiction aux moins de 16 ans est absurde), il n'y a aucune proximité avec le personnage central, complètement transparent (c'est dans la définition de cristallin). Quant à Emily Browning, elle a certes une plastique, mais aucun charme. Voilà pourquoi ce film qui a toutes les tares, y compris celle de l'ennui, m'a énervé. Enervé parce que je ne comprends pas son objectif, ce qu'il apporte, et même en quoi peut-il être considéré comme beau...

 

sleeping-beauty-2.jpg

 

30% de réussite.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ASBAF 04/12/2011 13:46

Pourquoi vouloir toujours des réponses ? L'apollonide surlignait tout, c'était d'un chiant.

Gagor 06/12/2011 22:32



Je ne veux pas forcément toujours des réponses, mais j'aspire effectivement à un questionnement plus intéressant en général!



ffred 30/11/2011 00:52

Il faut peut être ne pas cherche à comprendre... Moi cela m'a fasciné...mais je reste avec mes questions !

Gagor 01/12/2011 23:11



Moi aussi, je reste avec mes questions, sauf que cela ne me plait pas! Et effectivement, et c'est peut-être une de mes tares, j'aime bien comprendre la visée d'un film, ses implications, ses
questionnements...



Présentation

  • : Le blog de levolution.over-blog.com
  • Le blog de levolution.over-blog.com
  • : Critiques des films récents, bilans mensuels... Coup de coeur, coup de blues, l'évolution du cinéma, et la mienne, aussi.
  • Contact

J'écoute...

Recherche

LES 10 DERNIERS COUPS DE COEUR

Les amants passagers

Les amants passagers

Queen of Montreuil

Queen of Montreuil

The sessions 2

The Sessions

Syngué sabour

Syngué Sabour

Les chevaux de Dieu

Les chevaux de Dieu

Wadjda

Wadjda

Archives

Catégories