Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 00:50

JE SUIS UN NO MAN'S LAND

Thierry Jousse

 

0 étoiles bis

 

EN BREF:

Contrairement à beaucoup, je n'ai vu dans ce film que prétention et bide (au propre et au figuré). Je suis resté totalement étranger à un délire qui m'a paru anti-cinématographique au possible, d'une mocheté rarement égalée. Philippe Katerine cabotine, si au moins on avait pu faire un effort d'habillage...

 

No-man-s-land.jpg

 

Comme pour Jewish Connection, je m'attendais à aller voir une comédie. Du Festival d'Hiver organisé par Chris, c'était le film qui me donnait le moins envie. Surtout quand on s'attend à une comédie. Je n'ai pas rigolé une seule fois, et pourtant les situations absurdes présentées dans le film auraient effectivement pu porter à rire. Mais non, sur moi, ça n'a pas pris. Loin de là. J'ai trouvé le « spectacle » ridicule, immonde, inutile. Depuis quelques mois déjà, Katerine m'énerve, avec les paroles de son disque. Certes, l'initiative est salutaire, de montrer l'absurdité d'un système, mais Dieu ce que son CD est énervant! Et Katerine doit comprendre qu'on aime bien les personnes qui n'ont pas forcément un physique facile (les plus grands acteurs ont souvent des têtes balafrées, mais toujours une classe, un charisme), mais que c'est aussi bien si elles sont habillées, ou alors bien habillées. Pas de chance dans ce « film », on l'a affublé d'abord d'un costume moulant à la couleur grise pétante horrible, puis d'un survêtement bleu et d'un sous-pull orange trop courts puisqu'il a pris dans l'armoire de quand il était enfant. Ce qui est sur c'est que Katerine a une personnalité, presque attachante parfois, en tout cas amusante, puis très vite énervante. Personnalité qu'il étale de tout son long dans ce film, qui, en plus d'être un tout petit film, est un bel exercice, original c'est certain, de promotion (pas vraiment efficace). Force est de constater que l'esprit du film restitue bien l'esprit du CD. Le film veut être un objet absurde. Le problème quand on veut faire de l'absurde, c'est qu'il faut parvenir à le rendre poétique pour qu'il soit visible et vraiment drôle. Le tandem Kervern-Delépine y est parfaitement parvenu par exemple. Ici, ça ressemble plutôt à de la complaisance dans une succession d'images absurdes mais sans liant poétique.

 

Le film a ce côté ‘arty-chiant', anti-Brazilien au possible (...) On tourne en rond, on cherche une tête ou une queue à ce voyage qui fait désespérément du sur-place. En vain.

Brazil


Bref, on s'ennuie, on s'ennuie, et arrive un fait plutôt amusant, une voiture qui recule comme par magie. C'est rigolo, mais on a compris que tant que le chanteur ne règle pas les problèmes avec ses parents, il ne repartira, pas besoin de filmer la chose quatre fois (comique de répétition lourdingue). A partir de ce moment précis, le film tourne en rond, puisque le film n'a plus rien à raconter (si tant est qu'il avait quelque chose à raconter), et le spectateur peut librement plonger dans un abyssal ennui. Ennui réveillé lors d'une scène relativement jolie (la seule à sauver, en fait): entre Aurore Clément et Philippe Katerine, une mère et son fils, où celle-ci lui indique qu'elle n'a pas besoin de lui, assez beau moment (sans plus malgré tout, puisque trop vite éludé). Et une autre idée, originale, qui eût méritée d'être plus fouillée, celle de la relation entre les deux parents, qui aurait pu faire chavirer le film dans un tout autre sens, qui aurait été, à mon sens, beaucoup plus beau (Jackie Berroyer et Aurore Clément étant normalement de très bons acteurs). Malheureusement le film les filme en filigrane du film, et n'a pas assez approfondi leur histoire, de sorte qu'on a pas le temps de s'attacher à eux, à mesure que Philippe Katerine nous repousse de plus en plus, aidé par une Julie Depardieu qui en fait des tonnes et des tonnes. Le film se clôt ainsi sur une touche de ridicule, avec une touche anti-esthétique qui a l'air de faire plaisir au réalisateur, qui se complait dans la nullité, tant mieux pour lui: un coeur qui se referme sur un couple de foldingues, qui s'est bien trouvé, au moins. Depardieu-fille et Katerine semblent en tout cas s'être bien trouvés, et on espère les voir dans des rôles un peu plus intéressants.

 

No-man-s-land-affiche.jpg

 

24% de réussite.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de levolution.over-blog.com
  • Le blog de levolution.over-blog.com
  • : Critiques des films récents, bilans mensuels... Coup de coeur, coup de blues, l'évolution du cinéma, et la mienne, aussi.
  • Contact

J'écoute...

Recherche

LES 10 DERNIERS COUPS DE COEUR

Les amants passagers

Les amants passagers

Queen of Montreuil

Queen of Montreuil

The sessions 2

The Sessions

Syngué sabour

Syngué Sabour

Les chevaux de Dieu

Les chevaux de Dieu

Wadjda

Wadjda

Archives

Catégories