Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 17:10

MARS 2012 / AVRIL 2012

17 films vus / 14 films vus

 

terraferma

 

 Quatre étoiles

 

Terraferma - Querelles - Le Roi Lion

 

3 étoiles 

 

Hasta la vista - Tyrannosaur - L'enfant d'en haut - Indignados - L'amour et rien d'autre - Pour lui - 38 témoins

 

2 étoiles 

 

A moi seule - Les adieux à la reine - I wish - Le fils de l'autre - Avé - Bye bye blondie - Cloclo - Le prénom - Le paradis des bêtes - Week-end - 30° Couleur - Avengers

 

 1 étoile bis

 

Radiostars - Les pirates - Possessions - Elena - Comme un chef - Mince Alors!

 

 0 étoiles bis

 

Sur la piste du Marsupilami - Projet X - L'oncle Charles

 

3 moments...

- glaçant: dans la nuit, sur un bâteau dénué d'espoir, des mains s'accrochent, vainement, avant d'être retirées de là par des coups, puis emportées par la mer. C'est Terraferma, et c'est intense.

- grisant: une nuit de camping à la belle étoile, avec quatre éclopés de la vie, trois handicapés et leur chauffeur, Claude. C'est l'hôtel Claude, hôtel mille étoiles, c'est une surprise, et une scène rêvée! Hasta la vista.

- bouleversant: un enfant trouve son refuge, se défait du regard de ces deux sourds-muets qui l'accompagnent à Téhéran voir le corps de ses deux parents. Dans un tunnel, un dernier regard de l'enfant, qui nous marquera à jamais. C'est le puissant et audacieux Querelles.

 

MARS

 

hasta la vista

 

LA REVELATION: Filippo Pucillo - Terraferma

L'ACTRICE: Isabelle de Hertogh - Hasta la vista

L'ACTEUR: Yvan Attal - 38 témoins

LE REALISATEUR: Emanuele Crialese - Terraferma

LE SECOND RÔLE: Noémie Lvovsky - Les adieux à la reine

LE COUP DE COEUR: Terraferma, de Emanuele Crialese.

LA SURPRISE: Hasta la vista, de Geoffrey Enthoven.

LA MUSIQUE: Delphine Mantoulet - Indignados.

L'AFFICHE: 38 témoins, de Lucas Belvaux.

LA DECEPTION: Les adieux à la reine, de Benoît Jacquot.

LE NAVET: L'oncle Charles, de Etienne Chatiliez.

 

38-temoins-2.jpg

 

AVRIL

 

 querelles

 

LA REVELATION: Kacey Mottet Klein - L'enfant d'en haut

L'ACTRICE: Olivia Colman - Tyrannosaur

L'ACTEUR: Peter Mullan - Tyrannosaur

LE REALISATEUR: Morteza Farshbaf - Querelles

LE SECOND RÔLE: Réda Kateb - A moi seule

LE COUP DE COEUR: Tyrannosaur, de Paddy Considine.

LA SURPRISE: Querelles, de Morteza farshbaf.

LA MUSIQUE: Le Roi Lion!

L'AFFICHE: Tyrannosaur, de Paddy Considine.

LA DECEPTION: Le fils de l'autre, de Lorraine Lévy.

LE NAVET: Sur la piste du Marsupilami, d'Alain Chabat.

 

tyrannosaur-2.jpg

Repost 0
Published by Gagor - dans Bilans
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 22:27

FEVRIER 2012

26 films vus

 

bovines-3.jpg

 

3 étoiles

 

Bovines - Oslo, 31 août - Sur la planche - Elles - Une bouteille à la mer - Another Happy Day - Zarafa

 

2 étoiles


La taupe - Howl - Extrêmement fort et incroyablement près - La vie d'une autre - En secret - Tucker and Dale - La mer à boire - La désintégration - Chronicle - Albert Nobbs - Tatsumi - Les infidèles

 

1 étoile bis


Martha Marcy May Marlene - Cheval de guerre - La dame de fer - Portrait au crépuscule - Detachment

 

0 étoiles bis


JC comme Jésus Christ - Il était une fois, une fois

 

3 moments...

- poétique: sur un vélo, en fin de nuit, un homme fait cracher des volutes de fumée avec un extincteur. Sublime moment de pure poésie, dans Oslo, 31 août.

- simple: une vache, allongée a priori tranquillement, est affairée, dans la plus grande simplicité du monde, à donner naissance à son veau. C'est l'expérience Bovines, et c'est beau!

- aérien: dans le ciel, entre les nuages, de la manière la plus normale qui soit, trois jeunes hommes volent tranquillement, nouvellement super-héros. C'est ce qu'on retiendra de la (petite) surprise Chronicle.

 

oslo.jpg


LA REVELATION: Emmanuel Gras, réalisateur du film Bovines.

L'ACTRICE: Juliette Binoche - Elles.

L'ACTEUR: Anders Danielsen Lie - Oslo, 31 août.

LE REALISATEUR: Joachim Trier - Oslo, 31 août.

LE SECOND RÔLE: Max Von Sydow - Extrêmement fort...

LE COUP DE COEUR: Sur la planche - Leïla Kilani.

LA SURPRISE: Bovines - Emmanuel Gras.

LA MUSIQUE: Alberto Iglesias - La Taupe.

 

oslo 4


L'AFFICHE: Oslo, 31 août - Joachim Trier.

LA DECEPTION: JC comme Jésus Christ - Jonathan Zaccaï.

LE NAVET: Il était une fois, une fois - Christian Merret-Palmair.

Repost 0
Published by Gagor - dans Bilans
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 00:47

JANVIER 2012

21 films vus

 

millénium 3

 

Quatre étoiles

Millénium

 

3 étoiles

Les nouveaux chiens de garde - Take Shelter - Louise Wimmer - Une nuit - Les acacias - Il n'y a pas de rapport sexuel

 

2 étoiles

Tahrir, place de la libération - Et si on vivait tous ensemble? - La coline aux coquelicots - Parlez-moi de vous - The descendants - Le printemps de Téhéran - Une vie meilleure - 10 jours en or - Les papas du dimanche - Café de Flore

 

1 étoile bis

Les chants de Mandrin - L'amour dure trois ans - J. Edgar - Trust

 

3 moments...

 - drôle: "la journée sans Lagardère" dans la vie d'un homme, dans Les nouveaux chiens de garde.

- impressionnant: le générique qu'on retiendra, sur une reprise de Immigrant Song, de Led Zeppelin, dans Millenium.

- touchant: un homme, auquel un voyage a redonné une belle énergie humaine, redevient jeune premier, et, avec maladresse, demande à une femme de repartir faire un autre chemin avec lui, dans Les Acacias.

 

millenium-4.jpg

 

LA REVELATION: Rooney Mara - Millénium.

L'ACTRICE: Corinne Masiero - Louise Wimmer.

L'ACTEUR: Michael Shannon - Take Shelter.

LE REALISATEUR: David Fincher - Millénium.

LE SECOND RÔLE: Sara Forestier - Une nuit.

LE COUP DE COEUR: Les nouveaux chiens de garde - Yannick Kergoat, Gilles Balbastre.

LA SURPRISE: Les acacias - Pablo Giorgelli.

LA MUSIQUE: Trent Reznor et Atticus Ross - Millénium.

 

le printemps de Téhéran 2


L'AFFICHE: Le printemps de Téhéran - Ali Samadi Ahadi.

LA DECEPTION: L'amour dure trois ans - Frédéric Beigbeder.

Repost 0
Published by Gagor - dans Bilans
commenter cet article
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 23:40

FESTIVAL D'AUTOMNE 2

 

FA2

 

EN BREF:

6 films, 0 coup de coeur, 3 films moyens, 3 films beaucoup moins bons, 13 blogueurs, 1 résultat assez juste au regard du festival. Les résultats, un petit mot sur 17 filles, et surtout, une invitation à s'inscrire, sur Christoblog, au FH2 (festival d'hiver 2e du nom), dont la sélection, large, séduit d'avance. Il a déjà commencé, avec deux films, deux très beaux films (Take Shelter et Louise Wimmer).

 

carnage

 

LES FILMS

1. Carnage.

2. A dangerous method.

3. 17 filles.

4. Shame.

5. Contagion.

6. L'art d'aimer.

Pareil pour moi, avec une légère inversion au top, A dangerous method étant légèrement meilleur que Carnage à mon goût. Le reste du classement me semble très juste.

ACTRICES

Kate Winslet, dans Carnage.

Elle devance très largement (11 suffrages), et très justement Keira Knightley (4 suffrages), et Carey Mulligan (3 suffrages), les autres devant se contenter de 2 ou 1 seul suffrage (Kate Winslet dans Contagion ne remporte qu'un seul suffrage). Pas difficile pour la très talentueuse actrice de surpasser une bien morne sélection. J'ai voté pour Winslet dans Carnage et Knightley.

ACTEURS

Christoph Waltz, dans Carnage.

D'une très courte tête, avec 9 suffrages, il devance Michael Fassbender, qui remporte 8 suffrages pour Shame, et 2 suffrages pour A dangerous method. Viggo Mortensen arrive en troisième position pour sa composition de Freud, dans A dangerous method. J'ai voté pour Waltz et Mortensen.

REALISATEURS

Polanski, Cronenberg, McQueen et Coulin.

Pas facile de se démarquer dans cette catégorie, si bien que les soeurs Coulin, qui réalisent avec 17 filles leur premier long-métrage, joignent leur nom à 3 "grands" noms, pour un ex-aequo parfait, qui reflète exactement l'état général d'un festival. J'avais voté pour Cronenberg et Polanski, par défaut. A noter que Mouret et Soderbergh remportent chacun 3 suffrages.

SCENARIOS

Contagion

Le scénario de Scott Z. Burns se distingue d'un seul suffrage de celui, adapté, de Carnage. Viennent ensuite A dangerous method et 17 filles. L'art d'aimer, parent (très) pauvre du festival, ne remporte quant à lui qu'un seul suffrage. J'avais voté, encore un peu par défaut, pour A dangerous method et Carnage.

PRIX SPECIAL

Donoma, de Djinn Carrénard.

Je l'ai malheureusement râté. Le prix spécial, c'est un peu la seule chose qui pouvait réenchanter le festival, c'est surement fait, quand bien même mon choix s'était porté sur Tous au Larzac. Donoma remporte trois suffrages, et 50/50 2. 7 autres films ont étés cités (parmi eux, Les neiges du Kilimandjaro, Hugo Cabret, le Havre, Les adoptés, avec lesquels j'avais hésité).

FH2

Du 4 janvier au 29 février.

Un peu d'espoir, donc, avec la sélection du festival qui commence: Take Shelter, de Jeff Nichols, Louise Wimmer, de Cyril Menneguin, La colline aux coquelicots, de Goro Miyazaki, The descendants, d'Alexander Payne, Café de Flore, de Jean-Marc Vallée, Hanezu, de Naomi Kawase, Detachment, de Tony Kaye, La Taupe, de Thomas Alfredson, La désintégration, de Philippe Faucon, Les infidèles, de Gilles Lellouche, Jean Dujardin, Fred Cavayé, Hazanavicius..., et Martha Marcy May Marlene, de Sean Durkin. Bon festival à tous!

 

 17-filles.jpg

 

17 FILLES

Delphine et Muriel Coulin

 

2 étoiles

 

A Lorient, une bande de filles jeunes, fougueuses et insensées décident, ensemble, de tomber enceintes. Dephine et Muriel Coulin s'intéressent à la jeunesse dans ce qu'elle a d'irréaliste, d'idéaliste. Elle filment une utopie, une quinzaine de filles qui veulent vivre ensemble avec leurs allocations, leurs enfants, qui grandiront ensemble, loin du trouble du monde. Et voilà. Alors, si le film est une petite gourmandise à regarder, qu'on ne s'ennuie pas et que cette bande là est attachante, le récit tourne rapidement à vide, parce que, sans grande crédibilité, les enjeux se perdent en chemin. Reste un film joliment fait, une actrice principale énergique (Louise Grinberg), le reste de la bande plutôt enjouée, des seconds rôles croustillants mais pas très fouillés (Noémie Lvovsky, Florence Thomassin et Carlo Brandt), et une bande originale électrisante (Izia, en générique de fin, on a pas fait mieux). Ce qu'on regrette réside bien dans le fait que le film, avec un sujet aussi fort, ne provoque aucun trouble, et n'amène à aucune réflexion. A la fin, l'utopie se meurt, les filles retrouvent un chemin de vie bien quadrillé, et cette grossesse collective se meurt au rang des souvenirs d'étés lointains... On reste sur cette sensation un peu trop éphémère, même si on a l'impression d'avoir vu un joli film. Les soeurs Coulin réalisent une première oeuvre qui manque de matière, sans manquer de spontanéité, on attend le deuxième film, dans lequel elles garderont cette sensibilité, avec un peu plus de solidité.

 

17-filles2.jpg

 

54%.

Repost 0
Published by Gagor - dans Bilans
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 22:56

2011

Top

 

Voilà donc les 30 films qu'il ne fallait pas manquer en cette année 2011. Difficile d'établir ce top, parce qu'aux portes de celui-ci se pressent quelques autres films dont on aimerait aussi parler, des films plaisants ou intéressants.

 polisse-top.JPG

waste-land-top.JPG

    la piel que habito top

top-tomboy-bis.JPG

black-swan-top.JPG

le-discours-d-un-roi-top.JPG

tree-of-life-top2.JPG

si-tu-meurs-top.JPG

 les-contes-de-la-nuit-top.JPG

 et maintenant top

 

top-11-30.JPG

Repost 0
Published by Gagor - dans Bilans
commenter cet article
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 22:42

2011

Faire bouger les lignes...

 

Le cinéma montre le monde. Reflet d'une société en mouvement, comme on l'entend souvent, le cinéma semble l'année passée s'être plutôt acharné sur l'immobilisme, l'incompétence de l'humain à améliorer ses aptitudes à respecter un environnement, à aimer l'autre, voire même à s'aimer soi-même. Dans ce maelström continu qu'est le cinéma, on aime à se repérer par rapport à des piliers, ces grands cinéastes, dont on connait les visions, et qui d'ordinaire ne bougent pas. Les plus grands cinéastes de notre époque semblent pourtant se plier à l'air du temps, et de nouveaux viennent sans peine s'y ajouter. Cependant, ils plient sans rompre: ils filment donc des natures de plus en plus exsangues, des caractères de plus en plus ténus, des tourments sous des airs de fête. Le rêve et la douceur ont étés remplacés cette année par une certaine noirceur globale, un contexte sans cesse ancré dans une gravité qui n'en démord pas. Nous avions une approche du monde, voilà que les cinéastes de tous horizons la questionne, et nous amènent à penser l'instable et à découvrir l'indéfini. Questionner le déterminisme, penser la fin d'un monde, remettre en question l'ordre, raisonner les luttes présentes et passées, en préparant celles du futur, interroger nos racines, repenser l'héroisme en le rendant ordinaire, le tout en gardant à l'esprit cette note d'espoir. Telles semblent avoir étés les missions que le bon cinéma s'est donné en 2011. Retour rapide sur une assez belle et plutôt riche année de cinéma.

 

200 films vus

dont

6 documentaires

16 films d'animation

54 comédies

64 drames

25 comédies dramatiques

35 films d'autres genres (thrillers, biopics, polars...)

et dont

17 films 4 étoiles

48 films 3 étoiles

72 films 2 étoiles

56 films 1 étoile

et 7 films 0 étoiles.

 

2011 EN 10 ACTRICES

 

polisse-6.jpg


Marina Foïs et Karin Viard. Polisse.

Golshifteh Farahani. Si tu meurs, je te tue.

Tilda Swinton. We need to talk about Kevin.

Lubna Azabal. Incendies.

Sibel Kekilli. L'étrangère.

Natalie Portman. Black Swan.

Clotilde Hesme. Angèle et Tony.

Sareh Bayat. Une séparation.

Marie-Josée Croze. Another silence.

 

2011 EN 13 ACTEURS

 

Pater

 

Vincent Lindon. La permission de minuit, Pater, Toutes nos envies.

Colin Firth. Le discours d'un roi.

Antonio Banderas. La piel que habito.

Jean Dujardin. The Artist.

Peyman Moadi. Une séparation.

Michel Piccoli. Habemus Papam.

André Wilms. Le Havre.

Sean Penn. This must be the place.

Olivier Gourmet. L'exercice de l'Etat.

Mel Gibson. Le complexe du Castor.

Ewan McGregor. Beginners.

Philippe Torreton. Présumé coupable.

Miki Manojlovic. Cirkus Colombia.

 

2011 EN 3 BOUILLES

 

Tomboy


Zoé Héran. Tomboy.

Thomas Doret. Le gamin au vélo.

Asa Butterfield. Hugo Cabret.

 

2011 EN 10 REALISATEURS

 

pedro-almodovar.jpg


Pedro Almodovar, La Piel que Habito.

Terrence Malick, The tree of life.

Nuri Bilge Ceylan, Il était une fois en Anatolie.

Asghar Farhadi, Une séparation.

 Darren Aronofsky, Black Swan.

Alain Cavalier, Pater.

Nanni Moretti, Habemus Papam.

Aki Kaurismäki, Le Havre.

Denis Villeneuve, Incendies.

Robert Guédiguian, Les neiges du Kilimandjaro.

 

2011 EN 5 REALISATRICES

 

celine-sciamma.jpg


Céline Sciamma, Tomboy.

Maïwenn, Polisse.

Lynne Ramsay, We need to talk about Kevin.

Nadine Labaki, Et maintenant, on va où?

Lucy Walker, Waste Land.


2011 EN 10 SCENARISTES

 

la piel que habito 2


Pedro et Agustin Almodovar, d'après l'oeuvre de Thierry Jonquet. La piel que habito.

Asghar Farhadi. Une séparation.

David Seidler. Le discours d'un roi.

Mark Heyman, Andres Heinz et John J.McLaughlin, d'après l'oeuvre de Andres Heinz. Black Swan.

Hiner Saleem. Si tu meurs, je te tue.

Lise Macheboeuf et Raphaël Jacoulot. Avant l'aube.

Anik Le Ray, Jean-François Laguionie. Le tableau.

Robert Guédiguian et Jean-Louis Milesi. Les neiges du Kilimandjaro.

Lynne Ramsay, Rory Kinnear, d'après l'oeuvre de Lionel Shriver. We need to talk about Kevin.

Federica Pontremoli, Francesco Piccolo, Nanni Moretti. Habemus Papam.


2011 EN 5 REVELATIONS MASCULINES

 

ezra miller


Ezra Miller. We need to talk about Kevin.

Pierre Niney. J'aime regarder les filles.

Grégory Gadebois. Angèle et Tony.

Nicolas Maury. Let my people go!

Maxim Gaudette. Incendies.

 

2011 EN 5 REVELATIONS FEMININES

 

jessica-chastain.jpg


Jessica Chastain. The tree of life, La couleur des sentiments, Killing fields.

Lola Créton. Un amour de jeunesse.

Elena Anaya. La piel que habito.

Naidra Ayadi. Polisse.

Alice Barnole. L'apollonide.

 

2011 EN 10 SECONDS ROLES

 

king-s-speecj.jpg


Helena Bonham Carter et Geoffrey Rush, Le discours d'un roi.

Evelyne Didi. Angèle et Tony et Le Havre.

Noémie Lvovsky. L'apollonide, Le skylab, Présumé coupable, 17 filles.

Biyouna. La source des femmes.

Anne Le Ny. La brindille et Intouchables.

Frédéric Pierrot. Polisse et La guerre est déclarée.

Sylvie Testud. Avant l'aube.

Mylène Demongeot. Si tu meurs, je te tue.

Denis Podalydès. Omar m'a tuer.

 

2011 EN 2 APPARITIONS

Adrien Brody, en Dali dans Minuit à Paris.

Pierre Niney, en serveur attentif dans Les neiges du Kilimandjaro.

 

2011 EN 8 PREMIERS FILMS

 

affiche-angele-et-tony


Angèle et Tony, d'Alix Delaporte.

Women are heroes, de Jr.

Arietty, de Hiromasa Yonebayashi.

Medianeras, de Gustavo Tarreto.

Les adoptés, de Mélanie Laurent.

Oxygène, de Hans Van Nuffel.

Abel, de Diego Luna.

J'aime regarder les filles, de Frédéric Louf.

 

2011 EN 10 BO ET CHANSONS

 

desplat.gif


Alexandre Desplat. Le discours d'un roi, The tree of life, HP7.

La bande originale de Pina.

La bande originale de La guerre est déclarée.

Moby. Waste land.

Cécile Corbel. Arietty et le petit monde des chapardeurs.

Massive Attack, Jean-Gabriel Becker, Outlines et Patrice Bart Williams. Women are heroes.

Clint Mansell. Black Swan.

 Kavinsky, "Night call", dans Drive.

Para One, "Always", dans Tomboy.

Syd Matters, "I might float", dans Les adoptés.

 

2011 EN 5 AFFICHES

 

anatolie 2

The tree of life 3

polisse

et maintenant 2

les géants

 

2011 EN 20 MOMENTS INOUBLIABLES

 

il-etait-une-fois-en-anatolie.jpg

 

1. Alors que tout était baigné dans l'obscurité jusqu'alors, apparait une éclaircie, une femme qui apparait dans ce film nocturne et masculin. Une grâce ténue mais infinie s'impose alors. Il était une fois en Anatolie se grave.

2. En épingle monte une colère, en deux femmes, Karin Viard et Marina Foïs. S'il n'y avait qu'une seule scène à retenir de Polisse, ce serait sans doute celle-là, d'une violence incroyable, et d'une justesse éblouissante.

3. En arrière, un cygne noir se penche, et tombe. Natalie Portman en apothéose, la perfection absolue, c'est Black Swan.

4. Un chant magique résonne, nos yeux s'embuent. Le petit garçon qui ne mentait jamais à fait se taire la jument qui chantait. Les larmes de l'année, on les tient devant ce court-métrage absolument magique des Contes de la nuit.

5. Une femme court à perdre haleine, tenant son enfant dans ses bras. Un choc, une balle, et un enfant est tué. Fin d'une chute, le spectateur est étouffé, pris d'une atroce douleur. Ainsi se termine L'étrangère, nous laissant par la même occasion un souvenir indélébile.

6. Au beau milieu de décombres, d'une communauté entière de chiffoniers, une cuisinière fait ce qu'elle peut avec ce qu'elle trouve. Et balance à la gueule du spectateur une affirmation qu'on est pas près d'oublier: "on se sent bien ici". Une baffe, toute la vérité du monde sortie d'une femme digne et humble. Un documentaire vibrant à son image: Waste Land.

7. Sous la pluie, une étrangère qui prend racine, après avoir pris la fuite. A la beauté de cette fugue parisienne nocturne s'ajoute le charme intense de Golshifteh Farahani, qui laisse la pluie rendre son tee-shirt transparent, et qui laisse la vie faire couler ces larmes. Magnifique manière de clore le très surprenant Si tu meurs, je te tue.

8. 1+1=1. Une violente et déboussolante révélation, une équation qu'on gardera en mémoire longtemps tant son impitoyabilité est grandiose dans Incendies.

9. Une femme arrive dans une boutique de vêtements. Elle raconte sa vérité, et retrouve une soeur et une mère qui l'avaient connu homme. Des retrouvailles poignantes, sublimées par Almodovar, La piel que habito.

10. Et maintenant, que fait-on de ce cercueil, dont l'occupant n'est ni musulman ni chrétien? Dans quelle partie du cimétiere l'enterre-t-on? Ou, en l'espace d'une question, un film prend tout son sens et donne à son propos toute son envergure. Ou qu'est-ce qui fait que Et maintenant on va où? devient un film important.

 

The tree of life 4


11. Un état d'esprit comme reposé, une sensation enivrante d'apesanteur, qui nous suit plusieurs heures. C'est ce que nous laisse The Tree of Life, film plein et très riche, odyssée sublime et mystique.

12. De retour de l'hopital, on observe, subjugué par une poésie de l'absurde et du quotidien, un cerisier en fleurs. Puis on retourne faire la cuisine. C'est la poésie sur laquelle nous laisse Aki Kaurismaki, à la fin du Havre. Et le geste est beau.

13. Un bar, une femme perdue par un problème qu'elle nomme "la vie". Et un barman, que l'on retiendra longtemps, qui illumine un film par sa présence, et qui amène une première solution aux problèmes de cette femme, en l'écoutant. Un morceau de poésie, une scène culte des Neiges du Kilimandjaro.

14. La simplicité d'une rencontre, la beauté d'un apprivoisement. Dans une fuite finale, qui cristallise cette beauté, un couple échappe pour un peu aux conventions, et admire le charme de ce qu'on appelera leur vie. De quoi tomber amoureux d'Angèle et Tony.

15. Une toute petite fille, au coeur bien trop large pour son corps, dit adieu à un jeune garçon malade, qu'elle a accompagné. Arietty, ou la magie d'un adieu doux, qui laisse rêveur. Toute la splendeur des studios Ghibli.

16. Autour de moi, une quinzaine de personnes. A l'écran, l'apparition de Dali, sous les traits de Adrien Brody. Rhinocéros. Le mot est dit, et je pars dans un mémorable fou rire. Autour de moi, quinze personnes excédées par mon rire, dix minutes ininterrompues, et quelques unes de plus pour m'en remettre. Un excellent souvenir, un Dali gravé en moi, et même quand j'y repense, ça me fait sourire. Minuit à Paris, rien que pour cela il fallait le voir.

17. Des Pafinis qui ont ramené des pots de peinture. Alors que l'artiste avait laissé un bout de leur corps sans couleur, ils décident de se donner la personnalité qu'ils veulent, en se peignant eux-mêmes. Se donner une identité, se teindre en un assemblage de couleurs qui nous ressemblent. La solution la plus innovante, poétique et inattendue de l'année nous est offerte dans ce Tableau.

18. Un chat qui s'envole, et qui rêve d'un Jérusalem réuni. Si le film est plutôt mauvais, on en retiendra tout de même ce rêve du chat, sur une musique magnifique. Assurément le rêve de l'année, dans ce Chat du rabbin peu vivant.

19. Un cochon ne peut pas mettre les pieds en Israël. Les scènes cocasses s'enchaînent et on retiendra ici l'affolante absurdité de l'année, qui cristallise ainsi l'absurdité d'un conflit sans nom depuis 1948. Le cochon de Gaza.

20. Une voiture fait des tours de piste. A n'en plus finir. Et, désarçonnés, on commence à s'ennuyer. Sans savoir qu'on s'ennuiera tout le long du film, pub insensée pour des voitures, des hôtels, des compagnies aériennes. Sofia Coppola se perd totalement, mais marque au moins les esprits. L'ennui et l'énervement qu'ont suscités Somewhere sont inoubliables!

Repost 0
Published by Gagor - dans Bilans
commenter cet article
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 22:50

2011

Flop

 

On dit que mettre les mauvais films au début de son bilan, c'est la mode (c'est pierreafeu qui le dit). Qu'à cela ne tienne, on va commencer le bilan par le FLOP 20, ou plutôt les 20 films qu'il fallait absolument éviter en cette année 2011, suivi des réalisateurs faiblards cette année, ceux que l'on croyait infaillibles...

 

 very-bad-trip-2.jpg

 

1. Very Bad Trip 2, de Todd Philips.

2. Sucker Punch, de Zack Snyder.

3. Les Schtroumpfs, de Raja Gosnell.

4. On ne choisit pas sa famille, de Christian Clavier.

5. Somewhere, de Sofia Coppola.

6. Je suis un no man's land, de Thierry Jousse.

7. Hollywoo, de Frédéric Berthe et Pascal Serieis.

8. Low Cost, de Maurice Barthélémy.

9. Sex Friends, d'Ivan Reitman.

10. La nouvelle guerre des boutons, de Christophe Barratier.

11. Le rite, de Mikaël Hafstrom.

12. De l'huile sur le feu, de Nicolas Benamou.

13. Sleeping Beauty, de Julia Leigh.

14. Halal police d'Etat, de Rachid Douri.

15. Et soudain, tout le monde me manque, de Jenifer Dévoldère.

16. Rien à déclarer, de Dany Boon.

17. Monsieur papa, de Kad Merad.

18. Les biens-aimés, de Christophe Honoré.

19. Le chat potté, de Chris Miller.

20. L'art d'aimer, d'Emmanuel Mouret.

 

RECOMPENSES:

 

kad-merad.jpg


Le Gérard du pire acteur: Kad Merad (ex-aequo avec Christian Clavier).

 

judith-godreche.jpg


Le Gérard de la pire actrice: Judith Godrèche (ex-aequo avec Mélanie Laurent).

 

ON PENSAIT QU'ILS ALLAIENT CASSER LA BARAQUE, et on est ressorti très déçu:

Lars Von Trier (Melancholia), Joann Sfar (Le chat du rabbin), Michel Gondry (Green Hornet), Lou Ye (Love and bruises), Anne Fontaine (Mon pire cauchemar), Cédric Klapisch (Ma part du gâteau), Régis Wargnier (La ligne droite), Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud (Poulet aux prunes), Nicolas Winding Refn (Drive), Steven Spielberg (Tintin).

 

A NOTER, LES FAIBLARDS:

Roman Polanski (Carnage), Steve McQueen (Shame), Peter Weir (Les chemins de la liberté), Luc Besson (The lady), Matthieu Kassovitz (L'ordre et la morale), David Cronenberg (A dangerous method), Mia Hansen-Love (un amour de jeunesse), Clint Eastwood (Au-delà).

Repost 0
Published by Gagor - dans Bilans
commenter cet article
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 22:31

DECEMBRE 2011

 

16 films vus

8 francophones

7 anglophones

 

hugo cabret

 

3 étoiles

 

Hugo Cabret - Le Havre - Let my people go! - Oh my God! - Flamenco Flamenco

 

2 étoiles

 

L'Irlandais - A dangerous method - La délicatesse - Carnage - Les tribulations d'une caissière

 

1 étoile bis

 

Happy Feet 2 - Shame - Dernière séance - Des vents contraires - De l'huile sur le feu

 

0 étoiles bis

 

Hollywoo

 

let my people go!

 

LA REVELATION: Nicolas Maury - Let my people go!

L'ACTRICE: Maggie Gyllenhall - Oh my god!

L'ACTEUR: André Wilms - Le Havre

LE REALISATEUR: Martin Scorsese - Hugo Cabret

LE SECOND ROLE: Sacha Baron Cohen - Hugo Cabret

LE COUP DE COEUR: Le Havre - Aki Kaurismäki

LA SURPRISE: Let my people go! - Mikaël Buch

LA MUSIQUE: Emilie Simon - La délicatesse

 

le havre 2

L'AFFICHE: Le Havre - Aki Kaurismäki

LA DECEPTION: Des vents contraires - Jalil Lespert

LE NAVET: Hollywoo - Frédéric Berthe, Pascal Serieis

Repost 0
Published by Gagor - dans Bilans
commenter cet article
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 22:30

NOVEMBRE 2011

 

27 films vus

14 francophones

9 anglophones

 

larzac 3

 

Novembre. Comme d'habitude, beaucoup de films, trop, des envies de mélancolie automnale (Les adoptés et Contracorriente sont deux films très automnaux), des enthousiasmes inattendus (le génial documentaire Tous au Larzac, ou l'expérience intense Il était une fois en Anatolie), des films de société émouvants (Toutes nos envies), ou grisants (Les neiges). Et comme tous les ans à cette période, après Les petits mouchoirs et Le Concert, un nouveau coup de coeur qui emporte le public en masse, Intouchables cette année... Bref, encore un beau mois, pour une année bien garnie, et une petite cerise sur le gâteau, une perle rare qui vient donner un peu de beauté à l'ensemble, Le Tableau, instant suspendu. Manque à l'appel Donoma, que je vais voir très vite!

 

Quatre étoiles

Tous au Larzac

 

3 étoiles

Les neiges du Kilimandjaro; Le tableau; Toutes nos envies; Il était une fois en Anatolie; Les adoptés; Intouchables; Contracorriente; La source des femmes

 

2 étoiles

Les géants; A la Une du New York Times; Footnote; 50/50; Time Out; Le stratège; L'ordre et la morale; The Lady; Les Lyonnais; Americano

 

1 étoile bis

Mon pire cauchemar; Love and Bruises; Contagion; La femme du Vème; L'art d'aimer; Le chat potté; Sleeping Beauty

 

0 étoiles bis

On ne choisit pas sa famille

 

adoptés3

 

LA REVELATION: Marie Denarnaud - Les Adoptés.

L'ACTRICE: Marie Gillain - Toutes nos envies.

L'ACTEUR: Le tandem Omar Sy/François Cluzet - Intouchables.

LE REALISATEUR: Nuri Bilge Ceylan - Il était une fois en Anatolie.

LE SECOND RÔLE: Biyouna - La Source des femmes.

L'APPARITION: Pierre Niney - Les Neiges du Kilimandjaro.

LE COUP DE COEUR: Le Tableau - Jean-François Laguionie.

LA SURPRISE: Contracorriente - Javier Fuentes-Leon.

LA MUSIQUE: Syd Matters, "I might float" - Les adoptés.

 

anatolie 2


L'AFFICHE: Ex-aequo Il était une fois en Anatolie et Les géants.

 

les géants


LA DECEPTION: Mon pire cauchemar - Anne Fontaine.

LE NAVET: On ne choisit pas sa famille - Christian Clavier.

Repost 0
Published by Gagor - dans Bilans
commenter cet article
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 23:09

MEILLEUR ESPOIR

2011

 

Comme chaque année, fin novembre, les noms des 31 jeunes acteurs, prétendants au César du Meilleur espoir féminin et masculin, sont tombés... Et il y a là de quoi faire... Aperçu, avec mes choix, suivis du reste de la sélection. Dommage néanmoins que Zoé Héran (Tomboy) et Thomas Doret (Le Gamin au vélo), n'aient pas encore l'âge des préselections, parce qu'ils se détachent largement du lot.

 

ESPOIRS FEMININS

 

lola-creton.jpg

 

Lola Créton, Un amour de jeunesse (elle EST la révélation de l'année)

Golshifteh Farahani, Si tu meurs je te tue (je crois que je suis amoureux...)

Marie Denarnaud, Les adoptés (elle explose dans ce film, fabuleuse)

Naidra Ayadi, Polisse (sa joute verbale dans le film est tout simplement mémorable)

Alice Barnole, L'apollonide (son personnage de prostituée balafrée m'a marqué à vie, je crois)


Et les autres...

Anne Azoulay, Léa (pas vu)

Astrid Bergès-Frisbey, La fille du puisatier (ben non, non...)

Amandine Dewasmes, Toutes nos envies (malheureusement, si l'actrice est excellente, le rôle a du mal à sortir de son cadre dans le film de Lioret)

Adèle Haenel, L'apollonide (dur de choisir, tant les actrices de L'apollonide sont toutes merveilleuses)

Clotilde Hesme, Angèle et Tony (la révélation de toujours, qui n'en est plus une, qui est juste une fougueuse et superbe actrice)

Joséphine Japy, Le Moine (pas vu)

Céline Sallette, L'apollonide (même remarque)

Christa Théret, La brindille (s'il est vrai qu'elle est surprenante dans son rôle, elle ne représente pas un énorme espoir, à mon avis)

Alison Wheeler, Mon père est femme de ménage (???)

Iliana Zabeth, L'apollonide (toujours la même remarque...)


Le choix des professionnels, s'il ne devrait pas occulter Lola Créton et Golshifteh Farahani, devrait avoir de grandes difficultés à nommer une actrice de L'apollonide. Adèle Haenel sera surement de la partie. Les deux autres futures nommées me sont en revanches inconnues, j'ai bien peur de retrouver soit Christa Théret soit Astrid Bergès-Frisbey, et on peut éventuellement s'attendre à la présence justifiée de Marie Denarnaud.


ESPOIRS MASCULINS

 

pierre-niney.jpg

 

Pierre Niney, J'aime regarder les filles (rien que sa scène dans Les neiges du Kilimandjaro est signe d'avenir, alors son rôle dans un film qu'il tient très bien...)

Grégory Gadebois, Angèle et Tony (pour sa délicatesse, son charme intense)

Jérémie Duvall, Mon père est femme de ménage (pour son naturel, son énergie)

Raphaël Ferret, Présumé coupable (parfaitement détestable et ambigü en juge pas forcément très intégre)


Et les autres...

Nicolas Bridet, Tu seras mon fils (euh... comment dire? Non!)

François Civil, Nos résistances (pas vu)

Franck Falise, La fin du silence (pas encore vu, film prometteur qui sortira le 7 décembre)

Guillaume Gouix, Jimmy Rivière (malheureusement pas vu)

Iabe Lapacas, L'ordre et la morale (le meilleur acteur du film, pour sur, mais c'est pas suffisant)

Nicolas Maury, Let my people go! (pas encore vu)

Pierre Moure, Ou va la nuit? (une jolie prestation, qu'on ne retiendra cependant pas comme révélatrice)

Pierre Perrier, American Translation (pas vu)

Aymen Saïdi, L'assaut (pas vu le film, mais j'aime beaucoup l'acteur depuis St Jacques... La Mecque)

Mahmud Shalaby, Les hommes libres (jolie prestation, pas mémorable pour autant)

Alexandre Steiger, L'ordre et la morale (non, non, et encore non...)

Dimitri Storoge, Les Lyonnais (pas encore vu)

 

Un choix qui risque d'être compliqué pour les professionnels, même si on est quasiment assurés de la présence de Pierre Niney et de Grégory Gadebois (je serais très déçu s'ils ne sont pas choisis). Après, peut-être que Guillaume Gouix sortira du lot, avec ses nombreux rôles, ou l'on sent une vraie personnalité. Espérons qu'il n'y aura aucun effet L'ordre et la morale. Pour la caution popu, Jérémie Duvall sera surement dans la compétition.

 

Si tu meursAngèle et Tony 2

Repost 0
Published by Gagor - dans Bilans
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de levolution.over-blog.com
  • Le blog de levolution.over-blog.com
  • : Critiques des films récents, bilans mensuels... Coup de coeur, coup de blues, l'évolution du cinéma, et la mienne, aussi.
  • Contact

J'écoute...

Recherche

LES 10 DERNIERS COUPS DE COEUR

Les amants passagers

Les amants passagers

Queen of Montreuil

Queen of Montreuil

The sessions 2

The Sessions

Syngué sabour

Syngué Sabour

Les chevaux de Dieu

Les chevaux de Dieu

Wadjda

Wadjda

Archives

Catégories